Comment accommoder le prêtre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment accommoder le prêtre

Message  DeProfundisMorpionibus le Ven 30 Mar - 10:43

Comment accommoder le prêtre

Par Jean Caupenne (1929)

mercredi 28 mars 2012

Chaque fois que dans la rue vous rencontrez un serviteur de la Putain à Barbe de Nazareth, vous devez l’insulter sur ce ton qui ne lui laisse aucun doute sur la qualité de votre dégoût. D’ailleurs, si votre bouche ne déborde pas d’insultes à la vue d’une soutane, vous êtes digne d’en porter une.

Mais insulter les prêtres n’a pas d’autre but, mise à part la satisfaction morale que cela procure sur le moment, que de vous entretenir dans cet état d’esprit qui vous permettra, le jour où vous serez, libres, d’abattre par jour, en vous jouant, deux ou trois tonnes de ces dangereux malfaiteurs.

En attendant ce jour, ces Messieurs ne doivent pas vivre en paix dans leurs repaires. Il importe d’entretenir constamment autour d’eux une atmosphère de haine qui soit à la mesure de leur abjection et leur fasse prévoir (ils en veulent, des martyrs) une épouvantable fin.

Voler les objets sacrés, souiller les églises, sont les actions essentielles les plus aptes à créer cette atmosphère ; les églises sont grandes ouvertes et richement garnies d’objets dont la disparition alarmera leurs tenanciers, tant à cause de leur sainteté que de leur valeur ; que les enculeurs de sacristies sachent donc bien que chaque fois qu’un objet sacré tombe entre nos mains, il est destiné à être profané notre vie durant et, si ce sont des hosties consacrées que nous nous procurons le plus volontiers, c’est que par-dessus tout la profanation nous intéresse ; nous ne négligeons pas, cependant, les crucifix qui sont des poignées toutes désignées des chaînes de vidange de nos WC ; les ciboires contiennent le papier hygiénique ; les reliques sont dans les lieux du plus bel effet ornemental. Quant aux sacrilèges locaux, ils présentent de grands avantages pratiques, étant donnée la rareté des chalets de nécessité et la disparition progressive des vespasiennes. Quatre-vingt-cinq églises et soixante-dix temples de divers cultes sont à la disposition des Parisiens et, n’étaient leurs efforts inqualifiables pour éviter ces endroits que personnellement j’utilise toujours, depuis longtemps déjà la fumée de l’encens aurait été supplantée par celle de la merde. Ces trois sacrilèges : insulter les prêtres, souiller les lieux saints, voler les objets sacrés, doivent être les trois principales actions habituelles qu’accomplit un homme probe, quand son activité se tourne vers la religion ; mais bien des moyens restent à sa disposition pour se défendre contre les malfaiteurs ecclésiastiques, des moyens variant entre la plaisanterie de mauvais goût et l’ignoble sacrilège et que chacun trouvera, selon ses dispositions, pour la pratique de l’anticléricalisme. On peut, par exemple, comme cela se fit longtemps à Notre-Dame-des-Champs, tirer plusieurs fois dans la nuit la sonnette pour les Saints Sacrements : à la fin le bedeau ne se dérange plus et quelques croyants, au désespoir de leur famille, crèvent sans être munis des Excréments de l’église. Dans le métro, à une heure d’affluence, si vous êtes à côté d’un prêtre, ne le prenez pas à partie immédiatement, mais au bout d’une ou deux stations, vous commencez à hurler, en lui foutant un coup de poing en pleine gueule : « Vieux porc, vous n’avez pas fini de me peloter ! » La foule écoute ; alors vous déclarez : « C’est la troisième fois cette semaine qu’un curé me fait des propositions, et dire qu’on envoie encore les enfants au catéchisme ! » Vous pouvez ainsi insulter et même rosser un curé sans être lynché et, de plus, vous donnez à quelques personnes un exemple réel de l’ignoble hypocrisie des prêtres, ce qui peut, dans certaines circonstances, influencer les actes de ces personnes contre eux.

Tout ce qui est fait contre les curés étant bien fait, ce n’est que la volonté de leur nuire qui peut manquer. Que tous ceux qui n’ont pas cette volonté aient la face couverte de nos crachats.

Jean Caupenne (dit Koppens).
Dans La Révolution surréaliste n°12, 1929.

http://www.non-fides.fr/?Comment-accommoder-le-pretre
avatar
DeProfundisMorpionibus
Grand Echevin

Messages : 2581
Date d'inscription : 14/07/2008
Localisation : Luxemfoired... (C'est juste à côté de Luxembored).

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment accommoder le prêtre

Message  Mind Matter le Ven 30 Mar - 10:57

Excellent !!!
avatar
Mind Matter
Grand Echevin

Messages : 2047
Date d'inscription : 21/07/2008
Localisation : Groland

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum